Economie du sport : du fairplay à l'éthique

"La pratique du sport est un droit de l'Homme. Chaque individu doit avoir la possibilité de faire du sport sans discrimination d'aucune sorte et dans l'esprit olympique, qui exige la compréhension mutuelle, l'esprit d'amitié, de solidarité et de fair-play". Si la pratique du sport est un droit de l'Homme, ainsi que l'énonce la Charte Olympique, elle implique également des devoirs, notamment ceux de respecter une certaine éthique.

Les valeurs de l'éthique 

L'éthique appliquée au sport entend faire observer un certain nombre d'exigences toujours plus diverses. Ces règles concernent bien sûr, les sportifs, qu'ils soient amateurs ou professionnels mais plus globalement l’économie du sport de la construction des stades, aux droits des athlètes en passant par le sponsoring. Agir pour une éthique de l’économie du sport consiste, au delà du respect des règles du jeu, à préserver l'esprit et les « valeurs du sport » qui peuvent être salies par des affaires de dopage, hooliganisme ou encore tricherie... Ces valeurs sociales contemporaines trouvent naissance dans la nature même du sport « exercice physique, effort et dépassement de soi » et s’incarnent avec le principe de dignité, le respect de l'égalité entre les hommes et les femmes ou encore la préservation de l'environnement...

 

A l'heure de l'Euro

Pourtant force est de constater que régulièrement l’économie du sport rencontre des problèmes éthiques. A l’heure de l’Euro 2016, le Collectif « Ethique sur l’étiquette » dénonce les contrats de sponsoring négociés à prix d’or par Nike, Adidas et Puma mais qui laissent des milliers de travailleurs sur la touche en recherchant des coûts de fabrication toujours plus bas. Avec des logos visibles sur tous les terrains et tous les écrans pendant la durée de la compétition, les 3 marques empocheront des bénéfices colossaux ; Pourtant les ouvriers de la confection ont touché environ 60 centimes d’euro pour fabriquer le maillot de l’équipe d’Allemagne, vendu 85 €. 

 

Une compétition "éthique" à venir ? 

Autre compétition footballistique : la Coupe du Monde qui se tiendra en 2022 au Qatar et qui essuie de nombreuses critiques concernant la main d’œuvre chargée de la construction des stades, principalement des hommes venus du Bangladesh, d’Inde et du Népal. Amnesty International a enquêté et publié un rapport sur les conditions de travail et dénonce des abus graves du travail forcé aux promesses de salaire non tenues ou encore aux conditions de logement insalubres. 

 

Un effort à mener dans tous les sports 

Comme le rappelle la campagne « Coup de sifflet », les problèmes éthiques concernent potentiellement tous les sports. Mise en œuvre ans le cadre du Plan ministériel « Citoyens du sport », le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports et le secrétariat d’Etat aux Sports lancent une campagne de communication contre toutes les formes de discriminations, contraires aux valeurs du sport. Un coup de sifflet contre les préjugés sexistes et racistes mais contre l’homophobie à coup de slogans volontairement mensongers et donc provocateurs du type « A la boxe t’as que des beurettes ! ».  

 

Sanctions & éthique 

Le non respect de l’éthique doit connaître de vraies sanctions tant il a la capacité à « gâcher la fête du sport ». On se souvient de l’affaire Karabatic qui avait grisé le monde, jusque là plutôt épargné, du hand-ball. Le jeune prodige avait vu l’ensemble de ses contrats suspendus comme celui avec BetClic. L’attitude des autorités dirigeantes et des instances compétentes face à de tels scandales est stratégique pour l’avenir de la réputation du sport. 

La pression de l’opinion publique peut aussi faire changer les choses, encore faut-il que celle-ci s’intéresse à l’éthique du sport. Il y a 1 an Niloofar Ardalan, une sportive iranienne de haut niveau, avait tenté en vain de mobiliser l’opinion sur sa situation ubuesque. Malgré son poste de capitaine de l’équipe nationale de football en salle, elle n’avait pas pu participer aux championnats asiatiques de foot en salle qui se déroulaient du 21 au 26 septembre 2015 en Malaisie, alors qu’elle y était très attendue. Son mari avait refusé qu’elle quitte le pays et la loi iranienne n’autorise pas une femme à sortir du territoire sans cette permission.

 

Le sport a une valeur inestimable de par sa capacité à rassembler, effacer les frontières ou encore gommer les différences. On se souvient de Nelson Mandela endossant le maillot vert des Springboks et marquant un point décisif dans sa bataille pour la réconciliation nationale. L’éthique autour de l’économie du sport est donc doublement précieuse et pouvoir sanctionner les sportifs, les supporters, les organisateurs ou encore les Etats qui se refusent à la respecter est un des devoirs de notre génération.