Focus

2,

soit le nombre de bordelais engagés pour une mode équitable et durable avec leur projet de boutique en ligne LABL. Ils ont développé charte que les créateurs s’engagent à suivre : posséder un mode de production raisonné et responsable ; utiliser des matières premières écologiques et fournir leur traçabilité ; respecter le Made in Europe ; pratiquer un commerce responsable en assurant une juste rémunération et des conditions de travail décentes.
Source: Rue89 Bordeaux

290,

soit le nombre de millions de livres d’amende qu’avait du payer la Banque Barclays après le scandale du Libor en 2012. Elle tente depuis de redorer son blason mais son traitement d’un lanceur d’alerte dénoncé à la presse américaine pourrait nuire à ces efforts.
Source: BFM Business

9000,

c’est le nombre d’entreprises dans lesquelles le fonds de pension public norvégien – Norges Bank Investment Management – détient des participations et dont il souhaite réorienter la stratégie sur le long terme, la transparence et limiter la rémunération et indemnités de départ des dirigeants. Le plus gros investisseur au monde espère entraîner dans son sillage d'autres acteurs de poids afin d'inciter les entreprises à réformer leurs pratiques.

14,

soit le nombre de requérants qui ont déposé plainte contre le cimentier Lafarge et sa filiale Lafarge Cement Syria (LCS) pour financement présumé de terrorisme en raison de leurs activités en Syrie.
Source: Sherpa

4,

c'est le nombre de pays de l'UE figurant dans le TOP 10 des "pires paradis fiscaux" selon le dernier rapport de la confédération internationale Oxfam présenté le 13 décembre dernier et intitulé "la bataille des paradis fiscaux". Il s'agit des Pays-Bas (3°), de l'Irlande (6°), du Luxembourg (7°) et de Chypre (10°). A noter également que la Suisse figure à la 4ème position de ce classement, dressé en s'appuyant sur les politiques fiscales des pays encourageant les formes les plus extrêmes d'évasion fiscale des entreprises. Le rôle des paradis fiscaux n'est pas neutre : ils aident les grandes entreprises à soustraire aux Etats des milliards de dollars de recettes fiscales par an et soutiennent un système économique dangereusement inégalitaire, compromettant la redistribution des richesses et empêchant de mettre fin à la pauvreté et aux inégalité a indiqué Oxfam. Le rapport appelle ainsi à une plus grande collaboration entre les Etats pour mettre fin à la concurrence fiscale, et propose la création d'une instance fiscale internationale qui y serait dédiée. p.p1 {margin: 0.0px 0.0px 14.0px 0.0px; font: 14.0px Calibri}

45 800 000,

C'est le nombre de personnes victimes, dans le monde, de travail forcé selon l'ONG Global Slavery Index. Elle rapporte que, pour 2016, cette pratique touche 167 pays, particulièrement ceux d'Asie, d'Europe centrale ou d'Europe du sud-est.  Et cet esclavage rapporte gros : près de 150 milliards de dollars de profit illégaux chaque année d'après l'OIT.

16 ,

...c'est le nombre de multinationales épinglées par Amnesty International exploitant le travail des enfants dans leurs chaînes d'approvisionnement en cobalt dont Apple, Daimler, Microsoft, Samsung ou encore Sony..   ...le cobalt étant le précieux composant des batteries des smartphones et voitures électriques. Son commerce reste à ce jour très peu réglementé et rempli de zones d'ombre comme le rapporte l'ONG dans un rapport de janvier dernier. 

8 000,

  c'est le nombre d'entreprises signataires, dans 170 pays développés et en développement, du Pacte Mondial du Forum économique mondial, depuis son lancement en janvier 2000....       ..ces signataires se sont engagés à aligner leurs stratégies et actions avec les principes universels relatifs aux droits de l'Homme, à l'environnement ou encore la lutte contre la corruption.   

25,

c'est le triste palmarès des entreprises françaises épinglées par WWF pour leur détérioration de la biodiversité. A travers leurs chaînes d'approvisionnement, elles mettent en danger 14 des 16 matières premières jugées comme sensibles : du soja à l'huile de palme en passant par la canne à sucre ou le saumon d'élevage. En tête de ce triste classement figurent les champions français de la grande distribution, suivis de près par les géants du CAC 40.   
Source: WWF

94,

c'est le pourcentage de Français qui souhaitent un juste prix pour les producteurs du commerce équitable ainsi qu'une application de ses règles à l'ensemble du commerce international. Plus qu'une tendance, la croissance du marché du commerce équitable progresse d'année en année, avec plus de 72% de progression entre 2012 et 2015.  

Pages